Sex Tape

Sex_Tape

Trou noir

Ça vous est déjà arrivé de voir un film et d’avoir quasiment tout oublié deux heures plus tard ? Pire encore, d’avoir vu une comédie, d’avoir ri et d’être incapable de se rappeler la moindre réplique ?

Pour ma part c’est assez rare, ça m’est déjà arrivé une fois auparavant, pour un film où comme pour celui là, je sortais de la salle avec un feeling ultra positif et le lendemain j’avais même oublié que j’avais vu le film en question. Et je ne parviens pas à me rappeler du titre.

Sex Tape n’est probablement pas si mauvais qu’il en a l’air, le problème est qu’il se confond très facilement avec énormément d’autres films. Il a l’air moderne en surface, mais cette modernité est un vernis et rien de plus. L’impression dominante qui reste est celle d’un script d’une comédie lambda des années 90, qui aurait été réactualisé pour l’adapter à la technologie actuelle. Cette réactualisation n’est au final que superficielle, car si le film utilise des nouvelles technologies il n’en tire pas parti.

Ceci est probablement bien illustré par la destruction de la « sex tape » du titre, contenue dans une clé usb et dont c’est « la seule copie », comme s’il s’agissait d’une copie sur une cassette vidéo.

Quelques éléments disparates surnagent. La chose la plus mémorable du film restera certainement la vision surréaliste de tableaux représentants des scènes de films de Disney, mal peintes, et avec la tête de Rob Lowe à la place des héros des différents films. Oui oui, même la Petite Sirène.

Le film est aussi une pub géante pour Apple. Ça ne m’a même pas frappé en le voyant mais en y repensant la quantité de placement de produit est tout bonnement hallucinante. Tous les ordinateurs sont des Apple, la « quête » centrale du film est basée sur la récupération d’iPads. On nous vente la « caméra haute définition incroyable » des nouveaux modèles, et même leur « qualité de construction ».

Reste que le couple principal, Cameron Diaz et Jason Segel, fonctionne vraiment bien.

Une question finale subsiste, quand à la trajectoire de Jake Kasdan. Lui qui avait commencé sa carrière avec ce qui est probablement la modernisation la plus mémorable du personnage de Sherlock Holmes jusqu’à la récente série, il est réellement difficile de déceler sa signature dans ce qui au final se ressent surtout comme un film de commande.

Même si je n’ai pas passé un mauvais moment dans la salle de cinéma (principalement grâce aux acteurs), il m’est réellement difficile de recommander un film si rapidement oublié. Sex Tape est tel un repas au McDo : délicieux tant qu’on y est, qui laisse un goût moyen en bouche et ne cale pas vraiment, et dont on a oublié jusqu’au contenu une fois qu’on est sorti.

Verdict : allez plutôt voir (ou revoir) Zero Effect. C’est ce que je vais faire.

Alex.


Sex Tape, réalisé par Jake Kasdan, écrit par Kate Angelo, Jason Segel et Nicholas Stoller.

Interprétation : Cameron Diaz, Jason Segel, Rob Corddry, Ellie Kemper, Rob Lowe, Jack Black, Kumail Nanjiani…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s